Monaco en chiffres

 

Si Monaco est le deuxième pays le plus petit du monde, il se distingue également par l’une des populations les plus cosmopolites. Près de 140 nationalités sont concentrées sur ce petit territoire de 2 km².

75 % des résidents monégasques seraient de nationalité étrangère.

D’après l’Institut Monégasque de la Statistique et des Études1 (IMSEE), la population monégasque est estimée à 39 150 habitants au 31 décembre 2021. Parmi ces habitants, seuls 9 611 seraient des nationaux monégasques, soit moins de 25 % de la population. D’après le dernier recensement datant de 2016, les résidents étrangers représentent les trois quarts de la population de la Principauté. Près de 140 nationalités se côtoient sur les 2 km² de Monaco.

Actuellement, près de 25 000 étrangers habitent la Principauté. Les principales nationalités recensées sont les Français, avec 9 286 habitants, les Italiens avec 8 172 habitants, et les Britanniques, avec 2 795 habitants. La Ville-État compte également des Suisses (1 187 habitants), des Russes (749 habitants), des Portugais (523 habitants), ou encore des Grecs (401 habitants). Il s’agit donc d’une cohabitation particulièrement cosmopolite, Monaco étant une véritable ville-monde.

Un cosmopolitisme tant ethnique que linguistique

Le français est la langue officielle en Principauté de Monaco : il s’agit de la langue maternelle pour 75 % de la population. L’italien concerne 20 % de la population, et l’anglais 5 %. La communication à Monaco est donc dominée par ces 3 langues. La raison ? Environ 10 000 personnes traversent chaque jour les frontières pour venir y travailler, afin d’occuper les 44 000 emplois disponibles. Une partie d’entre eux vient notamment d’Italie, participant au cosmopolitisme linguistique du pays.

 

Une internationalisation remontant au XIXe siècle

La création du chemin de fer en Principauté a largement participé à la croissance démographique, avec l’accueil d’une population venue des quatre coins du monde. En 1861, l’empereur Napoléon III signe une convention avec le Prince Charles III de Monaco afin d’agrandir la ligne Paris-Lyon-Méditerranée pour rejoindre Menton2.

Le premier train arrive à Monaco en novembre 1868. Mais la Société des Bains de Mer souhaite développer le tourisme aristocratique, et demande la construction d’une nouvelle gare près du Casino de Monte-Carlo. Celle-ci sera inaugurée en 1869. En parallèle, les impôts fonciers et sur le revenu sont supprimés. L’activité de construction se développe, la Principauté attire une nouvelle population venue de l’étranger. L’objectif de faire de Monaco un lieu de villégiature pour la noblesse est atteint.

 

Un engouement universel pour la Principauté influencé par plusieurs facteurs

Pourquoi choisir de vivre à Monaco ? Pour les résidents Monégasques d’origine étrangère, les raisons sont nombreuses, de la vie culturelle à la sécurité optimale, en passant par les avantages fiscaux poussés par une politique économique ambitieuse.

 

Une qualité de vie particulièrement attrayante

Le Gouvernement Princier de Monaco œuvre depuis toujours pour l’amélioration de la qualité de vie de la Principauté. La stratégie employée est efficace, puisque Monaco note une hausse constante de sa population. En effet, la Rocher peut se prévaloir de ses nombreux atouts, comme une riche vie sportive et culturelle. Il est notamment le siège d’événements sportifs de renommée mondiale, à l’instar du Rallye de Monte-Carlo, du Grand Prix de Formule 1, de la Monaco Classic Week, ou encore du Monte-Carlo Rolex Masters. La Principauté possède également un excellent système éducatif, un modèle social remarquable, et offre à ses citoyens un système de soins et une sécurité irréprochable. Enfin, la Ville-État possède une situation géographique idéale. L’accessibilité est optimale grâce à un réseau routier développé, une gare, la proximité avec l’aéroport de Nice Côte d’Azur. Avec plus de 300 jours d’ensoleillement par an, elle offre un cadre de vie idéal en bordure de la Méditerranée.

 

Une économie monégasque développée

En 2021, le PIB de Monaco atteignait 7,27 milliards d’euros, selon les données de l’IMSEE3. Depuis 2012, la croissance annuelle moyenne du Produit Intérieur Brut s’élève à 4,4 %. Cela s’explique par une diversification de l’économie locale, où plusieurs secteurs participent amplement à cette croissance. Plus d’un tiers du PIB provient des activités scientifiques et techniques, services administratifs et de soutien (21,2 %) et des activités financières et d’assurance (16,1 %). Les autres secteurs, comme les activités immobilières, le commerce de gros, le commerce de détail, la construction ou encore l’hébergement et la restauration pèsent entre 6,6 et 10 % de la richesse de la Principauté. Cette diversité d’activités est un véritable atout pour Monaco et pour les candidats à la résidence.

 

Un système fiscal intéressant pour les entreprises et les investisseurs

Les investisseurs sont nombreux, le Rocher ayant développé un modèle économique fondé sur l’onshore. Du côté des entreprises, elles ne sont à l’ISB (impôt sur les bénéfices des personnes morales) que lorsque plus de 25 % de leur chiffre d’affaires est réalisé en dehors de Monaco. Ainsi, avec une activité demeurant monégasque a minima à 75 %, les revenus du capital et du travail ne sont pas imposés. La présence de 140 nationalités différentes en Principauté a eu comme conséquence la création d’un réseau bancaire particulièrement étendu. La population cosmopolite peut ainsi implanter ses entreprises sans difficulté.

 

Sans taxe foncière et sans impôt sur le revenu, le Rocher propose un système fiscal favorable4. Celui-ci repose principalement sur :

  • Les droits de douane qui représentent 3 % des recettes totales de l’État ;
  • Une taxation des transactions juridiques, pour un montant total estimé de 183,8 millions d’euros en 2020 ;
  • L’imposition sur les bénéfices des activités industrielles et commerciales ;
  • Et la TVA, correspondant à plus de la moitié des recettes totales de l’État.

Ainsi, les recettes publiques sont, pour près de 75 %, issues de la fiscalité monégasque. Ce système fiscal et cette transparence sont deux éléments attrayants pour les étrangers, entreprises comme investisseurs.

 

Monaco détient ainsi plusieurs records. Elle possède l’immobilier le plus cher du monde, prend la 2e place sur le podium des plus petits pays du monde (après le Vatican), et est reconnue comme le pays embrassant la population la plus cosmopolite avec 140 nationalités différentes.

E-MailTéléphone